L’ORIENTATION À L’HEURE DES COMPÉTENCES.

 

INTRODUCTION

 

Dans cette introduction, je vous présente mes perceptions sur l’évolution de la pratique en orientation qui m’ont conduit à construire un bilan d’orientation avec la collaboration de l’Équipe Arsenault-Carrière. Ensuite, je vous présenterai les bases scientifiques du test TRIMA-P.O.C., ses principales caractéristiques, ses diverses utilisations face à la concertation professionnelle en orientation.

 

HISTORIQUE ET ORIGINE DU P.O.C.

 

Depuis le début de la pratique de l’orientation au Québec, nous, les conseillers (conseillers d’orientation, conseillers en information scolaire et professionnelle, professeurs en éducation au choix de carrière) avons dû améliorer nos interventions et ajuster nos instruments au rythme des nouvelles recherches scientifiques. L’aide à l’orientation des jeunes a dépassé la mentalité de l’interprétation sommaire des résultats de tests psychométriques et du bulletin scolaire combinée aux cours d’éducation au choix de carrière pour guider le choix d’orientation. Cette attitude laissait croire à la pensée magique que "  les tests et les cours d’éducation au choix de carrière disent… " pour les profanes.

 

En même temps, l'enseignement se transformait considérablement : d'un enseignement magistral d'un ensemble de matières, en passant par l'enseignement par objectifs, nous voilà à l'approche par compétences. C'est dans ce récent contexte que s'est construit le  test TRIMA – P.O.C..

 

En effet, à la suite d'une formation sur les dominances  cérébrales de Ned Herrmann par L. Arsenault, en 1993, les membres d'un groupe de conseillers discutions de l'urgence de développer un bilan identitaire multifactoriel aidant les individus à actualiser leur choix d'orientation : tout un défi.

 

ASSISES SCIENTIFIQUES

 

Dans ce projet de recherche-action, ma formation universitaire me dictait qu'avant d'élaborer un instrument, je devais m'appuyer sur une définition opérationnelle de l'orientation reposant sur un cadre théorique fiable. Aussi, comme praticien de l'orientation, sur mes observations et mes expertises auprès de clientèles variées, j'ai concentré mes énergies sur trois axes:

 

-          Les récentes recherches en neuroscience

-          Le développement des intelligences multiples et des compétences

-          La construction de l'identité professionnelle

 

Du côté des neurosciences, Sperry & Ornstein ont clairement démontré que "les dominances hémisphériques procurent un degré d'habilités et de talents d'où émergent nos préférences". De plus, Hermann corrobore ces constatations sur les préférences du cerveau humain. D'un autre côté, les psychologues du développement intellectuel préconisaient jadis une aptitude générale (le facteur G de Spearman); depuis les récentes découvertes de H. Gardner & Rauschefnous indiquent que "les formes d'intelligence sont multiples et regroupent des aptitudes spécifiques ". Enfin, L. Arsenault en s'appuyant sur les découvertes en neuroscience et en psychologie du développement intellectuel, développe son modèle TRIMA.

 

De plus, son modèle nous présente une importante clarification sur les notions de compétences à savoir :

 

Ø      Les compétences techniques : les connaissances et les savoir-faire nécessaires à l'exécution d'une tâche de travail.

 

Ø      Les compétences génériques : ensemble de ressources et caractéristiques déterminant la faculté de savoir se mobiliser. À ne pas confondre avec les compétences transversales qui semblent reposer sur des assises scientifiques difficiles à cerner.

 

Au niveau de l'identité, la majorité des spécialistes en sciences humaines, y compris les c.o. et les psychologues, s'accordent pour la définir ainsi : "c'est la conscience que la personne a de son fonctionnement". Même F. Dolto la nommait : "comment la personne se perçoit?". Et selon les précisions de Guichard : "C'est en utilisant ses capacités d'introspection et d'abstraction que la personne construit son identité". De plus, Holland, Super et Dortier s'inscrivent dans cette optique pour caractériser l'identité professionnelle. Enfin, nous connaissons mieux les liens entre l'identité psychologique et l'identité professionnelle par les travaux de Goleman que nous procurent ses énoncés sur l'intelligence émotionnelle.

 

Nous de l'équipe TRIMA, c'est cette conscience (représentation expérientielle) et la signification que l'individu a de son identité professionnelle qui constituent la pierre angulaire (le pilote) de ses choix d'orientation de carrière.

 

CARACTÉRISTIQUES DU P.O.C.

 

Cet instrument informatisé, unique en son genre, constitue un bilan d'orientation multifactoriel et multifonctionnel. Il cible des emplois-type (500) et des programmes de formation pertinent au profil identitaire. Pour identifier les cibles professionnelles à explorer, nous avons établi les concordances entre les ressources (talents, compétences, aptitudes) et les motivations (préférences) à celles des descriptions monographiques des emplois-types visés.

 

Ce nouvel outil d'auto-portrait s'inspire des travaux de Bujold, Gottfredson et Guichard. Il vise à éclairer les individus sur l'état de leur aménagement identitaire et à les inciter à l'actualiser dans leur choix d'orientation.

 

FONCTIONS DU P.O.C.

 

En plus d'établir un portrait de l'aménagement identitaire des ressources et des motivations,

 

Ø      il cible des emplois-types à explorer

Ø      il suggère un modèle de plan d'action opérationnel approprié aux styles décisionnels

Ø      il peut servir de cadre de référence à une équipe multidisciplinaire désirant se concerter sur les récents travaux sur les intelligences multiples

 

Les fonctions visent la multidisciplinarité (c.o., profs ECC, cisep, api) dans différentes occasions telles des études de cas, bilan avant entrevue, base d'exploration professionnelle ou d'exploration identitaire, choix ou changement de programme de formation, fiche de suivi d'actualisation,…

 

 

SES UTILISATIONS MULTIDISCIPLINAIRES

 

Avec ce référentiel convergeant et un esprit d’équipe solidaire, l’impact des interventions accentue l’efficience de l’implication des individus à assumer leur maturation vocationnelle. Nous privilégions une approche actualisante et formatrice plutôt que normative et statique auprès des personnes.

 

Il est bien évident qu’au niveau du premier cycle de cours secondaire, lorsque les capacités d’introspection et des niveaux d’abstraction sont peu développés, l’approche formatrice, tant en orientation qu’en information scolaire et professionnelle, doit tenir compte des compétences génériques acquises. Par exemple, la notion de concept de soi est plus opérationnelle que conceptuelle.

 

EN GUISE DE CONCLUSION

 

Il faut bien noter que le P.O.C. n’est pas une panacée car ce n’est pas un instrument qui procure une valeur éducative, ce sont les compétences de l’intervenant qui ont des effets sur la maturation vocationnelle s’il implique la personne dans son interprétation expérientielle de son bilan d’orientation.

 

Après plus de cinq ans d’expérimentation auprès de différentes clientèles, nous observons que cet instrument incite les personnes à s’impliquer dans leur cheminement professionnel selon cette optique actualisante car elle vise des « insights » tels la métacognition dans les approches cognitives.

 

Enfin, je dois avouer que tout au long de ma carrière, j’ai entretenu de sérieuses réserves sur la valeur éducative de l’utilisation des instruments psychométriques. Toutefois, devant le désarroi quotidien de bien des gens en instance de choix, je me suis convaincu de la nécessité de leur fournir une rétroaction individualisée, bien validée, claire et systémique de leur aménagement identitaire. Cette aventure, le P.O.C. de TRIMA a illuminé ma passion pour notre rôle d’éducateur comme conseiller.

 

GEORGES MOYEN.